Accueil / destinations touristiques / Hotels le chinois Jin Jiang investit dans le haut de gamme
Hotels le chinois Jin Jiang

Hotels le chinois Jin Jiang investit dans le haut de gamme

Investir dans l’immobilier est une démarche plus que rentable. Tout dépend essentiellement de votre manière de procéder. Pour le groupe Jin Jiang, il s’agirait plutôt d’investir le marché du tourisme français en achetant des hôtels. Et aujourd’hui, la société chinoise ne veut pas se procurer des parts dans n’importe quel établissement. Elle mise sur le haut de gamme, le luxe et le raffinement.

Qui est jin Jiang ? 

Jin Jiang est une grosse firme chinoise dont le siège est à Shanghai. Il est surtout réputé dans les hôtels de luxe. D’ailleurs, en Chine, et notamment à Pékin, le groupe possède déjà un hôtel de renommée international : le Kunlun.

Réputé pour le confort de ses hébergements et la qualité de ses prestations, le Groupe Jin Jiang est aussi une ennemie à abattre dans le domaine du tourisme. Ses actionnaires sont particulièrement agressifs en matière d’investissement. De quoi faire jalouser la concurrence.

Dans sa politique de développement sur le marché européen, le groupe dispose d’une assez grande marge de manœuvre. Pour un exercice entre 2016 et 2018, les fonds disponibles sont de l’ordre de 2.5 milliards d’euros.

On se rappelle encore qu’en 2015, la firme a commencé par l’achat du Groupe le Louvre et Louvre Hotels Group. Quelques années plus tard, les actionnaires investissement dans le Plateno Group. Aujourd’hui, il est dans le top 5 des plus importants groupes hôteliers d’Europe, devançant AccorHotels. Vous trouvez plus de news et actualité sur E-Travelmagazines.com.

Ce n’est pas son premier investissement en France :

Comme susmentionné, Jin Jiang n’est pas à son premier coup d’essai en France. Le groupe a déjà racheté les parts du Louvre et de Plateno Groups, il y a de cela quelques années. De quoi permettre aux deux complexes hôteliers de se développer malgré une diminution des taux de visites dans l’hexagone.

Selon Pierre-Frédéric Roulot, ce serait la preuve de la bonne politique du groupe Jin Jiang dans la gestion de ses avoirs. Il a annoncé dans une conférence de presse : « la fréquentation des touristes chinois a baissé en France, mais chez nous, en nombre de nuitées, nous serons en hausse de 8 % à 10 % cette année ».

La route est encore longue

Avec un crédit de 2.5 milliards d’euros disponible, le groupe Jin Jiang ne semble pas en avoir fini avec le marché européen. D’ailleurs, la firme chercherait encore à investir dans des biens de luxe dans cette partie du monde. Après avoir été un leader dans son pays, Jin Jiang semble se refuser à être à la seconde marche du podium en Europe. De quoi ravir quelques jetsetteurs. Et pour cause, les prestations de qualité de cette entreprise ont fait le tour du globe.

Pierre-Frédéric Roulot a annoncé publiquement : « Nous recherchons des acquisitions dans le luxe, dans les grandes villes d’Europe ». Le but est, selon les analystes de gonfler le portefeuille d’action de chaque établissement, et notamment aussi celle de l’entreprise en elle-même.

La question : à quel endroit et pour quel grand hôtel se fera la prochaine transaction ?

 Redorer l’image de la France : un idéal à atteindre

Les politiques d’investissement du groupe Jin Jiang dans les établissements européens s’accompagnent également d’une campagne de promotion de la France. Depuis 2016, après les attentats, une grande partie des touristes, dont la majorité des Chinois ont déserté les vols en partance pour l’hexagone. Pour ces derniers, les questions de sécurité sont d’une importance capitale.  Il y a deux ans par exemple, la France avait un tau de visite de 1.8 million contre 2.2 millions il y a 3 ans.

Afin d’attirer à nouveau les clients chinois, le groupe a trouvé une solution qui peut rendre certains perplexes : autoriser Unipay dans le Louvre, le système de payement en ligne spécifique pour les Chinois.

À cela s’accompagne un système d’industrie touristique s’adaptant à toutes les populations du monde, et même à ceux qui n’ont pas de passeport. Commencer par le Louvre a semble-t-il été une décision stratégique. Et pour cause, ce complexe compte dans son actif 1 200 hôtels avec 850 biens en France. C’est l’une des plus grandes chaines de l’Europe.

x

Voir aussi

Qatar

Obtenir un e-visa avant de partir au Qatar

Comme l’AVE de  Canada ou l’ESTA des États-Unis, il faut également obtenir un e-visa pour ...